Les contradictions (Partie 1): La coriandre

Certains modes de pensée insistent sur un point primordial, toute chose positive a un penchant négatif. Tout est polarisé, toute ombre découle d’une source de lumière.

Cela fait plusieurs sujets que j’étudie, que je m’apprête à publier tant cela semble une bonne nouvelle… puis en cherchant d’autres sources pour confirmer l’information ou la détailler, je tombe sur une thèse contradictoire.

L’exemple d’aujourd’hui est la coriandre, plante réputée pour de nombreuses raisons dont ses propriétés anti-inflammatoire, antispasmodique et antiseptique. Elle peut être utilisée dans de nombreux cas que nous détaillerons bientôt.

La raison pour laquelle je me suis penché précisément sur la coriandre se trouve être sa particularité d’être un chélateur de métaux lourds. Les plantes telles que celle-ci semblent drainer les métaux lourds et permettre de les évacuer dans les urines. A première vue, c’est un don du ciel, une bénédiction et l’on devrait tous s’empresser d’en consommer régulièrement pour combattre l’intoxication aux métaux lourds qui est aujourd’hui notre cas à tous.

[Hors-(sujet]-sensible)

Si vous ne comprenez pas encore la raison pour lesquelles nous nous penchons sur l’intoxication aux métaux lourds, je vous recommande simplement de vous renseigner un peu sur la composition des vaccins, les études sur l’eau prétendue potable de nos réseaux nationaux, les particules répandues dans le cadre de ce qui se fait appeler “géo-ingénierie” ou bien encore les additifs alimentaires (Je ne citerai cette fois que le dioxyde de titane qui a fait parler de lui récemment dans les médias mainstream.)

[Hors-(sujet]-sensible)

Toujours est-il que de nombreux sites et nutritionnistes semblent recommander vivement la consommation de coriandre, entre autres sous forme de teinture (huile). L’objectif étant d’évacuer un maximum de métaux lourds de notre organisme.

Les premières constatations des études sur le sujet qui sont très largement relayées sont que : ” Les urines semblent contenir plus de résidus de plombs et aluminium notamment après la consommation de coriandre”.

La coriandre agit comme “un aimant” et semble attirer à elle les particules de métaux. Jusqu’ici cela semble un bon moyen de se détoxifier.

Cependant en cherchant d’autres études sur le sujet des végétaux chélateurs de métaux lourds, on apprend une chose non négligeable avant de recommander à quelqu’un un tel traitement:

Oui, la coriandre semble agir comme un aimant et se charger en métaux lourds. Cependant elle le fait également lors de sa croissance et sa vie en terre.

Cela signifie que l’augmentation des résidus métalliques dans les urines après avoir consommé de la coriandre peuvent éventuellement être tout simplement ce qu’il reste de la plante après notre digestion de celle-ci. Même en consommant de la coriandre provenant d’une exploitation respectant les principes de la culture biologique, il se peut qu’elle se soit chargée en métaux lourds lors de sa croissance, nettoyant la terre de ceux-ci. Cela n’en ferait donc pas un bon outil de drainage pour le corps, car consommer un végétal surchargé en métaux lourds est à l’opposé même de notre objectif santé, par contre cela peut en faire un drain surpuissant pour “nettoyer” vos sols et y cultiver d’autres végétaux.

Je vais vous ajouter cette semaine différents exemples de ces avis divergents concernant les effets de la coriandre. Je ne suis pas encore en mesure de vous affirmer qu’elle aurait un impact plus négatif que positif, cependant je peux une fois de plus vous recommander un maximum de précautions à la lecture de sites et ouvrages sur le thème de la nutrition et encore plus en ce qui concerne les plantes médicinales et aromatiques.

Cela va nous prendre un peu de temps pour pouvoir vous fournir des informations suffisamment complètes et fiables sur ces végétaux parfois sous-estimés et d’autres fois clairement mis en avant de manière inconsciente.

Comme souvent, les sources françaises sont plus limitées que celles publiées en anglais pour le côté “international”.

Exemple pro détox à la coriandreAstucesnaturelles.net    ou encore  NouveauParadigme

Je n’ai pas encore pris le temps de creuser et contrôler ce que propose ces sites comme conseils, mais rien que sur ce sujet-ci je recommande une méfiance toute particulière à leur égard. Il y a un danger réel à trop vite relayer ce genre de “remèdes”. Tous les médias “santé” ne sont pas forcément nos alliés et beaucoup représentent un danger bien plus grand encore que l’ignorance en poussant les gens à suivre aveuglément des conseils déraisonnables.

Exemple de démenti ou mise en gardeHealthywildandfree.com

Pour ceux qui ont du mal avec l’anglais voici la thèse résumée:  Les “hyper-accumulateurs” comme ce type de plantes ont la faculté d’attirer à elles certaines molécules et particules; cependant cet effet est actif lors de la croissance de la plante et il y a plus de chance d’aggraver son absorption de métaux lourds en la consommant que de “drainer” les métaux déjà présents dans notre organisme.

On ne consomme pas un virus pour s’en débarrasser, c’est la même chose avec des métaux lourds.

L’auteur de cette publication recommande comme alternative le vinaigre de cidre de pomme, qui aurait (à condition de le consommer avec modération) très peu d’effets négatifs sur notre organisme. A noter que l’excès de celui-ci peut éventuellement endommager l’estomac et l’œsophage, ainsi que provoquer une déficience en potassium et une baisse de la densité osseuse.

Comme toujours il y a du positif et du négatif (d’ou le choix de l’image d’intro Yin Yang) mais si l’on se limite à une ou 2 petites cuillères de ce vinaigre par verre d’eau et ce sur du court terme, à priori aucun risque relevé.

Conclusion (temporaire) sur l’apport régulier en coriandre:

Et bien c’est sûrement la partie décevante, je ne suis pas encore en mesure de conseiller quelqu’un sur ce point. Il semble que comme sur de nombreux sujets sur les thèmes de la santé et la nutrition, il s’agisse encore d’une question de modération.

Manger de la coriandre, oui. En prendre de manière constante ou régulière dans un but de détoxification aux métaux lourds, non.

Premièrement parce que l’on ne peut déterminer sans une analyse coûteuse la teneur en métaux de celle-ci lorsqu’elle est achetée dans le commerce. A savoir que l’eau de pluie (merci la géo-ingénierie) et l’eau de nos réseaux d’eau potable qui sont utilisées pour arroser les cultures, renouvellent sans cesse la teneur en métaux (principalement aluminium) des terres cultivées.

Les propriétés de la coriandre en médecine naturelle ne peuvent pas être remises en cause, et l’on peut imaginer que faire pousser de la coriandre dans une terre appauvrie en métaux lourds, pourrait être une bonne idée.

En attendant des conclusions plus documentées et argumentées, il semble qu’il faille se contenter de l’utiliser ponctuellement tel un remède et non comme un régime.

Nous proposerons sous quelques jours, des fiches détaillées sur la coriandre et quelques autres plantes basiques de la médecine naturelle qui pourront vous aider à en faire un usage raisonné. Vous trouverez d’ores et déjà ces informations sur n’importe quel herbier correctement documenté disponible en ligne.

 

No comments

You Might Also Like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Solve : *
21 + 1 =